«

»

oct 17

Lannemezan. L’opposition au Wimax gagne Labastide

Le bureau de l’association Surfer sans ondes dans les Baronnies./Photo CS

L’association «Surfer sans ondes dans les Baronnies» présente ses arguments pour des alternatives à l’antenne Wimax qui doit être mise en place à Labastide.

Une réunion d’information regroupant près de soixante personnes a eu lieu à Labastide contre l’implantation d’un pylône Wimax décidée par la préfecture malgré l’avis du conseil municipal.

Explications avec Estéban Bustos, Gilles Perefarrès, Éric Lemarchand, de l’association Surfer sans ondes en Baronnies.

Tout d’abord, rappelez-nous ce que c’est le Wimax ?

Le Wimax est censé améliorer la couverture internet en utilisant des ondes électromagnétiques.

Pourquoi êtes-vous contre ce projet ?

Le Wimax est un procédé dépassé, avec des contraintes techniques élevées. Il a été abandonné dans certains départements et par des opérateurs prestigieux. Nous n’adhérons pas à ce projet qui prévoit la fibre optique (très rapide) pour certains et le Wimax (beaucoup moins rapide) pour d’autres.

Quelles solutions proposez-vous ?

Il aurait été préférable que dans le cadre d’un partenariat public-privé, la participation financière du conseil général privilégie la coopération entre opérateurs. Actuellement, par endroits, on est en train de doubler le réseau. Nous sommes scandalisés par ce gâchis. Ainsi, deux fibres optiques passent à proximité de Labastide. Un raccordement sur l’une des deux permettrait d’offrir un très bon débit à 100 % des abonnés. De plus, sans coûter plus cher, cette alternative a l’immense avantage de ne pas nuire à la santé, comme l’indique le rapport de l’AFSSET (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) qui a reconnu la toxicité de l’exposition aux ondes électromagnétiques*.

Et la suite, maintenant ?

Face au succès de notre soirée d’information, nous allons organiser de nouvelles réunions avec l’association Protégeons nos enfants 65, de Hèches, confrontée aux mêmes problèmes.

Devant l’urgence à Labastide, nous engageons un recours contre la décision du préfet.

* NDLR – Selon «les experts de l’Afsset

[...] les preuves scientifiques d’un possible effet sanitaire à long terme sont insuffisantes pour justifier une modification des valeurs limites d’exposition actuelles (6 avril 2010)».